témoignages

nouveaux témoignages

Témoignage de Frédéric

Libéré de mes anciennes passions

 

Libéré de mes anciennes passions, je marche avec joie sur le chemin du Seigneur !

« Que chaque génération célèbre tes œuvres et publie tes hauts faits ! » (Psaume 145.4)

Quand j’étais petit, j’allais parfois voir ma tante. Elle me racontait des histoires de la Bible qui me fascinaient, à tel point que j’ai commencé à fréquenter une église évangélique. Je me suis mis à prier pour que ma mère m’accompagne, et c’est ce qui s’est passé : elle est devenue chrétienne. Ensuite, j’ai fait des crises d’asthme. Les médecins voulaient m’opérer, mais maman a prié avec moi et mes crises ont totalement disparu. J’étais émerveillé !

Hélas, en grandissant, j’ai eu de moins en moins envie d’aller à l’église. Je me passionnais pour le skate-board, qui était devenu « mon dieu ». Et à l’adolescence, j’ai choisi de passer tout mon temps à m’amuser. Je me suis mis à boire de l’alcool. Cela me faisait oublier la petite voix qui, en moi, me chuchotait que j’étais sur un mauvais chemin.

Un soir, je suis allé chez des copains. J’étais ivre et une amie m’a proposé de fumer du haschich. Je suis sorti sur le balcon et j’ai commencé à me balancer sur la rampe. Sous l’emprise de la drogue, je ne me rendais pas compte du danger, car l’appartement était au troisième étage d’un immeuble. Et, évidemment, j’ai fini par tomber dans le vide. J’avais la tête en sang. Un ami m’a fait un massage cardiaque et a appelé une ambulance. Je me suis réveillé à l’hôpital et les médecins ont dit que c’était un miracle que je m’en sois sorti.

À la suite de cela, je suis allé à l’église pendant quelque temps, mais très vite, mes bonnes résolutions ont disparu et je me suis mis de plus belle à vivre dans la débauche, l’alcool et la drogue. Un soir, j’ai raconté à un copain les expériences que j’avais faites avec Dieu, et le Seigneur m’a montré que je n’arrivais pas à le suivre parce que je comptais sur mes propres forces. Il y a eu un déclic en moi : j’ai supplié Jésus de me pardonner, et je lui ai promis de faire sa volonté en m’appuyant sur lui.

Nous ne sommes pas capables d’obéir au Seigneur par nous-mêmes, mais si nous lui abandonnons le gouvernail de notre vie, il vient en nous et nous donne le pouvoir de faire sa volonté. Depuis ce soir-là, ma vie a complètement changé. Je suis libéré de mes anciennes passions, et je marche avec joie sur le chemin du Seigneur !

Témoignage de Frédéric

Témoignage de Marjorie

Une famille transformée

« Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17.3)

 

Tout allait bien pour notre famille jusqu’au jour où mon père eut une grave méningite qui le fit tomber dans le coma. Ma mère, avec ses deux enfants en bas âge (mon frère et moi), vivait donc une douloureuse épreuve… Les médecins lui disaient qu’il n’y avait que deux issues possibles : soit il allait mourir, soit il allait rester paralysé jusqu’à la fin de ses jours ! Autant dire qu’il n’y avait plus d’espoir ! C’est alors qu’elle décida de prier de toutes ses forces et de demander à Dieu,  “s’Il existait”, de faire sortir mon père du coma ! C’est ce qui arriva ! Non seulement, il sortit du coma, mais en plus, il n’eut aucune séquelle !

C’est dans ces circonstances que mes parents ont rencontré le Seigneur Jésus et sont devenus chrétiens, et je peux vous dire que leur vie a été transformée ! Mon père, par exemple, de nature plutôt impulsif, est devenu beaucoup plus posé. Pour ma part, j’ai été témoin de changements radicaux dans la vie de ma grand-mère, de mes oncles, de mes tantes. Onze personnes de ma famille ont rencontré le Dieu vivant et puissant !

Enfant, je n’ai donc pas douté de l’existence de Dieu et à l’âge de treize ans, j’ai décidé de le suivre. Aujourd’hui, je vais à l’église, je crois de tout mon cœur que Dieu est vivant et que Jésus, son fils unique, est venu sur la terre nous offrir bien plus que de l’espoir : il est venu nous donner la vie, pardonner nos fautes et nous sauver !

Je témoigne autour de moi de son amour, de sa puissance, et du fait que, quand on croise son regard, notre vie est transformée !
Je vous encourage à lui faire confiance. Jésus peut tout pour vous, à partir du moment où vous prenez la décision de CROIRE !

tous les témoignages

À onze ans, tout a changé !

 « Tu couronnes l’année de tes biens, et tes pas versent l’abondance. » (Psaume 65.12)

Je suis née en 1942 dans un foyer modeste. Mes parents n’étaient pas croyants, mais hostiles à la religion. C’est grâce au témoignage persévérant d’une voisine qu’ils sont devenus chrétiens. J’avais deux ans à l’époque, si bien que j’ai entendu parler de Jésus dès mon enfance. Ma mère était une femme merveilleuse, qui aimait beaucoup prier et rendre service à tous ceux qui l’entouraient. C’était mon modèle !

J’étais une petite fille chétive et souvent malade. Plus d’une fois, ma vie n’a tenu qu’à un fil. J’étais choyée, surprotégée par mes parents et mes frères. J’aimais l’école et j’étais avide d’apprendre, mais à cause de mes nombreuses absences pour raison de santé, j’étais en difficulté scolaire et j’en souffrais beaucoup. À cette époque, c’était à coups de règles sur la tête et sur les doigts que certains maîtres essayaient de faire apprendre leurs leçons aux élèves. Leur mépris m’accablait, mais renforçait aussi ma volonté de réussir malgré tout.

Mon cœur d’enfant était rempli de crainte, et je redoutais les nuits peuplées de cauchemars.

À onze ans, tout a changé, car j’ai décidé de suivre à mon tour le Seigneur. J’avais besoin de son pardon et j’ai compris que je devais lui consacrer ma vie. Dès lors, j’ai connu de grandes bénédictions. J’ai demandé à Dieu de m’aider à surmonter mes difficultés scolaires et à ne plus faire de cauchemars. Trois enseignants compatissants sont venus à mon aide, et en deux ans, j’ai presque rattrapé mon retard. De plus, mes nuits sont devenues plus calmes, et le Seigneur m’a délivrée de mes cauchemars.

J’ai pris l’habitude de lui faire connaître tous mes besoins, et j’ai découvert que Dieu m’aimait profondément et que je pouvais lui faire confiance. Quel bonheur de l’avoir pour Père !

Témoignage de Nadine

La vie ne nous a pas épargné

« Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout-Puissant. » (Psaume 91.1)

Dans mon enfance, j’ai été couvée et mal préparée à affronter la vie : j’ai été maman à 20 ans, je me suis mariée à 22 ans et j’ai eu un deuxième bébé avant de divorcer à 26 ans… Enfin, dix ans plus tard, j’ai eu le coup de foudre pour un homme nommé Antoine, qui avait trois enfants d’un précédent mariage et qui est venu s’installer à la maison. Au bout de trois mois de vie commune, nous nous sommes mariés, nous avons eu un enfant et nous avons fait construire une maison. J’étais heureuse, enfin !

Mais la vie ne nous a pas épargnés. Le fils d’Antoine, puis ma fille aînée sont morts successivement dans des accidents de voiture. Nous étions écrasés de douleur et notre couple a alors connu de grosses difficultés. Antoine n’était pas croyant et moi, je connaissais très mal Jésus. Nos relations se sont tellement dégradées que nous avons fini par nous séparer.

Un jour, ma fille Mélissa a demandé à partir en colonie de vacances chrétienne, ce qui m’a permis de rencontrer pour la première fois des chrétiens évangéliques. Quand elle est revenue, elle a voulu fréquenter l’église et je l’ai emmenée au culte un dimanche sur deux. Antoine est venu une fois pour accompagner nos filles, mais il est resté sarcastique et il s’est promis de ne plus y remettre les pieds.

Au week-end de Pâques, j’ai décidé de participer à une rencontre chrétienne, et j’ai beaucoup envié l’assurance et la paix des participants. Le lundi, j’ai versé des larmes amères en comprenant que Jésus n’était pas mort seulement pour les gens de son époque, comme je l’imaginais jusque-là, mais aussi pour moi. Je lui ai demandé pardon pour mes péchés, et ensuite, j’ai ressenti un immense soulagement. En rentrant, j’ai téléphoné à Antoine. Notre divorce n’avait pas encore été prononcé et je lui ai demandé pardon. C’est alors que son regard sur moi a changé. Il ne voulait plus divorcer, mais se réconcilier avec moi ! Une réaction totalement inattendue, humainement impossible ! Nous venions de vendre la maison, tout était à refaire. Alors, nous en avons racheté une autre, tenté de reconstruire une nouvelle vie aussi : Antoine m’a accompagnée à l’église et il est devenu chrétien à son tour, de même que ma maman. De mon côté, j’avais un abcès sur la cornée qui devait me rendre aveugle, et dont le Seigneur m’a totalement guérie. L’ophtalmologue a été stupéfait !

Antoine, qui auparavant ne rendait jamais service sans en tirer profit, est devenu cuisinier bénévole dans de nombreux camps chrétiens. Aujourd’hui, ses anciennes connaissances ne le reconnaissent pas. Il est complètement transformé.

Pourtant, nous avons de nouveau connu une terrible épreuve, puisque la dernière fille d’Antoine est morte subitement d’une embolie pulmonaire. Mais ce nouveau décès a été très différent des précédents. Nous étions tristes, mais pas anéantis comme auparavant. Les chrétiens de l’église ont prié pour nous et nous avons placé toute notre confiance en notre Seigneur. C’est si merveilleux de le connaître et de pouvoir compter sur lui !

Témoignage de Nadette et d’Antoine

Libéré de mes anciennes passions, je marche avec joie sur le chemin du Seigneur !

« Que chaque génération célèbre tes œuvres et publie tes hauts faits ! » (Psaume 145.4)

Quand j’étais petit, j’allais parfois voir ma tante. Elle me racontait des histoires de la Bible qui me fascinaient, à tel point que j’ai commencé à fréquenter une église évangélique. Je me suis mis à prier pour que ma mère m’accompagne, et c’est ce qui s’est passé : elle est devenue chrétienne. Ensuite, j’ai fait des crises d’asthme. Les médecins voulaient m’opérer, mais maman a prié avec moi et mes crises ont totalement disparu. J’étais émerveillé !

Hélas, en grandissant, j’ai eu de moins en moins envie d’aller à l’église. Je me passionnais pour le skate-board, qui était devenu « mon dieu ». Et à l’adolescence, j’ai choisi de passer tout mon temps à m’amuser. Je me suis mis à boire de l’alcool. Cela me faisait oublier la petite voix qui, en moi, me chuchotait que j’étais sur un mauvais chemin.

Un soir, je suis allé chez des copains. J’étais ivre et une amie m’a proposé de fumer du haschich. Je suis sorti sur le balcon et j’ai commencé à me balancer sur la rampe. Sous l’emprise de la drogue, je ne me rendais pas compte du danger, car l’appartement était au troisième étage d’un immeuble. Et, évidemment, j’ai fini par tomber dans le vide. J’avais la tête en sang. Un ami m’a fait un massage cardiaque et a appelé une ambulance. Je me suis réveillé à l’hôpital et les médecins ont dit que c’était un miracle que je m’en sois sorti.

À la suite de cela, je suis allé à l’église pendant quelque temps, mais très vite, mes bonnes résolutions ont disparu et je me suis mis de plus belle à vivre dans la débauche, l’alcool et la drogue. Un soir, j’ai raconté à un copain les expériences que j’avais faites avec Dieu, et le Seigneur m’a montré que je n’arrivais pas à le suivre parce que je comptais sur mes propres forces. Il y a eu un déclic en moi : j’ai supplié Jésus de me pardonner, et je lui ai promis de faire sa volonté en m’appuyant sur lui.

Nous ne sommes pas capables d’obéir au Seigneur par nous-mêmes, mais si nous lui abandonnons le gouvernail de notre vie, il vient en nous et nous donne le pouvoir de faire sa volonté. Depuis ce soir-là, ma vie a complètement changé. Je suis libéré de mes anciennes passions, et je marche avec joie sur le chemin du Seigneur !

 

Témoignage de Frédéric

 

«Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu’elles soient dans l’abondance» (Jean 10.10).

La maison de mes parents était caractérisée par une atmosphère tantôt joyeuse, tantôt plus pesante. Ils ont eu trois garçons, et enfin moi, la petite dernière. Mais je suis née treize mois seulement après mon frère, et j’ai donc donné une charge de travail supplémentaire énorme à ma mère. À certains moments, elle me disait qu’elle préférait les garçons et qu’elle aurait voulu ne pas avoir de fille, car elle restait marquée par le rejet de sa propre mère. Et elle ajoutait que j’étais un accident. Elle reproduisait sa propre souffrance. Ce rejet m’a blessée  pendant toute mon enfance.

De religion catholique, ma mère m’a beaucoup parlé de Dieu, de Jésus et de Marie. Chaque soir, je faisais ma prière et certains dimanches, mes grands-mères m’emmenaient à l’église. Même si Dieu me semblait très lointain, je savais au fond de mon cœur qu’il existait.

La nuit, il se produisait des choses étranges en moi et autour de moi, et j’étais très sensible au monde invisible. Le dimanche, lorsque mes parents recevaient des invités, ils parlaient de toutes ces choses occultes et du monde des esprits. J’étais terrorisée. J’avais également très peur de Dieu car on me répétait qu’il allait me punir.

Je tournais souvent mes regards vers le ciel et je pensais à Jésus, qui me paraissait plus accessible. J’avais une lueur d’espoir dans le cœur, mais j’étais en pleine confusion.

Les années  ont passé et je suis devenue une femme. Je me suis mise à mon tour à pratiquer l’occultisme, pensant  que tout cela venait de Dieu, et je me suis enfoncée dans un abîme de plus en plus profond. Les ténèbres m’environnaient. Je me suis mariée et j’ai eu deux magnifiques enfants, mais les manifestations occultes étaient de plus en plus fortes et mon foyer partait à la dérive. J’ai fini par me séparer de mon mari. Ma vie n’avait plus aucun sens et je voulais en finir. Mais une pensée résonnait  dans mon cœur: «Tu n’as pas le droit, tu es la maman de deux enfants.»

 Peu de temps après, l’amie chrétienne avec laquelle je priais souvent a découvert une église bouillante. Elle m’a parlé de tout ce à quoi j’aspirais depuis toujours: les prodiges, les signes, les miracles, la présence du Dieu vivant et l’amour infini de Jésus. Mon désir de voir de mes yeux ces merveilles bouillonnait en moi, car c’était la réponse à toutes les attentes de ma vie. Je suis donc allée dans cette église. Dès mon arrivée, j’ai ressenti une ambiance très particulière. Tout ce que j’entendais et voyais me bouleversait, c’était tellement grand! Les larmes inondaient mon visage sans que je puisse les retenir. Je ressentais  la présence du Saint-Esprit qui agissait puissamment en moi. Mon cœur s’ouvrait, se transformait. À ce moment précis, un énorme poids est sorti de moi et  je me suis sentie libre, légère, heureuse. L’amour de Jésus avait pris toute la place. J’ai compris son sacrifice sur la croix, son sang versé pour moi, pour me laver de tous mes péchés.

Je veux aussi remercier Dieu pour ma jolie voix, que j’utilise maintenant pour chanter sa gloire!

Aujourd’hui je marche avec Jésus, mon Sauveur et Maître. Il a reconstruit ma vie et je l’aime de tout mon cœur!

« Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17.3)

 

Tout allait bien pour notre famille jusqu’au jour où mon père eut une grave méningite qui le fit tomber dans le coma. Ma mère, avec ses deux enfants en bas âge (mon frère et moi), vivait donc une douloureuse épreuve… Les médecins lui disaient qu’il n’y avait que deux issues possibles : soit il allait mourir, soit il allait rester paralysé jusqu’à la fin de ses jours ! Autant dire qu’il n’y avait plus d’espoir ! C’est alors qu’elle décida de prier de toutes ses forces et de demander à Dieu,  “s’Il existait”, de faire sortir mon père du coma ! C’est ce qui arriva ! Non seulement, il sortit du coma, mais en plus, il n’eut aucune séquelle !

C’est dans ces circonstances que mes parents ont rencontré le Seigneur Jésus et sont devenus chrétiens, et je peux vous dire que leur vie a été transformée ! Mon père, par exemple, de nature plutôt impulsif, est devenu beaucoup plus posé. Pour ma part, j’ai été témoin de changements radicaux dans la vie de ma grand-mère, de mes oncles, de mes tantes. Onze personnes de ma famille ont rencontré le Dieu vivant et puissant !

Enfant, je n’ai donc pas douté de l’existence de Dieu et à l’âge de treize ans, j’ai décidé de le suivre. Aujourd’hui, je vais à l’église, je crois de tout mon cœur que Dieu est vivant et que Jésus, son fils unique, est venu sur la terre nous offrir bien plus que de l’espoir : il est venu nous donner la vie, pardonner nos fautes et nous sauver !

Je témoigne autour de moi de son amour, de sa puissance, et du fait que, quand on croise son regard, notre vie est transformée !
Je vous encourage à lui faire confiance. Jésus peut tout pour vous, à partir du moment où vous prenez la décision de CROIRE !